Immobilier Belgique
Publié le - 1374 clics -

Comment revendre un appartement meublé en résidence étudiante ?

Le marché des résidences étudiantes aussi bien dans le neuf que celui de l’occasion connaît une relative liquidité en raison d’une forte demande. Le marché de l’occasion en particulier s’organise avec la mise en place de certaines structures permettant de faciliter la revente. Découvrons tout ce qu’il faut savoir avant de vendre son appartement meublé en résidence étudiante.

Les revendeurs

Les professionnels de la revente sont notamment des promoteurs immobiliers ou encore des agences spécialisées travaillant en étroite collaboration avec un réseau de spécialistes de l’immobilier. La richesse de leur carnet d’adresses permet de cibler les acheteurs potentiels dans un court délai. Toutefois, de plus en plus de gestionnaires proposent le rachat de l’appartement auprès de l’investisseur souhaitant mettre fin à son bail commercial.

La revente peut également se faire de gré à gré, c’est-à-dire de particulier à particulier, sans l’intervention d’un intermédiaire. Quoiqu’il en soit, l’appartement à revendre doit répondre à certaines exigences, telles que la conformité aux normes environnementales et aux normes règlementaires suite à un diagnostic immobilier, etc.

Les critères à prendre en compte lors de la revente

  • le loyer annuel : c’est à partir du loyer que dépend particulièrement le rendement généré par l’investissement. Plus le loyer est élevé, plus le prix de la revente peut être attractif.
  • la qualité du gestionnaire : pour une revente auprès d’un professionnel d’un particulier, la solidité financière et le sérieux du gestionnaire entre en jeu dans la détermination du prix de cession.
  • la durée du bail : le terme du contrat ne doit pas être proche de la date de la revente en raison des aléas relatifs à la reconduction du bail. Ceci afin de ne pas constituer un frein au futur acheteur.
  • la TVA : la fiscalité est également prise en compte selon le régime appliqué pendant la durée du bail (LMNP classique, Censi-Bouvard, amortissement …). Il en est de même pour le remboursement ou non de la TVA en fonction de la durée restante de la détention du bien.